Comment faire le meilleur des caucus ?


L'improvisation / dimanche, avril 22nd, 2018

L’une des premières choses que vous disent, en général, vos proches que vous amenez voir un match d’impro, (après les “C’était trop génial !” “Tu était tellement brillant-e !” et “comment fais tu pour avoir des cheveux si soyeux ?” ) c’est souvent le “mais qu’est ce que vous vous dites, là, avant de rentrer sur scène ?”. La réponse est souvent du genre “Le caucus ? heeeu, bah pas grand chose en fait, on se donne des idées quoi”.

Mouais, essayons d’y voir plus clair. Ici je vais vous partager MA solution pour avoir des caucus performants. Je l’ai pas mal testée et elle marche plutôt bien, les retours que j’ai eus sont globalement très bons. Cela reste cependant mon expérience subjective.

NB : je ne parle dans un premier temps que du caucus de “mixte”.

Le meilleur caucus : pas de caucus.

Quasiment tous les improvisateurs expérimentés vous diront que les caucus ne servent à rien, et je suis d’accord avec eux. Du moins, c’est plutôt que les 20 secondes sont largement suffisantes, voire trop longues. Pourtant, quand on débute on se raccroche beaucoup à ces quelques secondes de coaching qui permettraient, apparemment d’arriver serein sur scène.

Spoiler : non.

C’est pour ça que souvent, en atelier on vous laisse pas ou peu de temps de réflexion avant de vous jeter à l’eau. Car lorsqu’on réfléchit trop, on se regarde, on essaye d’écrire l’impro, on se donne trop d’éléments qui vont saturer votre capacité mentale et vous rendre confus. Le caucus étant trop chargé, la tentation de le lâcher est grande et donc il n’aura servi a rien. Autant le supprimer donc ? 😉

Améliorer votre caucus : ce qu’il ne faut pas faire :

caucus
Un caucus, c’est toujours en équipe !

Écrire l’impro :

Piège classique : trop préparer ce qu’on va faire, typiquement :

“Alors t’es un explorateur, tu t’appelles Jean-Michel, l’autre en face, c’est ton frère avec qui tu as partagé l’héritage de ta mère, mais y’a un gobelin qui vous l’a volé dans le temple englouti et vous allez le chercher !”

Clairement vous voyez bien que lorsqu’on se retrouvera face au camarade de l’autre équipe, ça ne tiendra pas plus de 10 secondes. Soyez plus concis.

Ne pas savoir qui y va :

Cela vous est sûrement déjà arrivé, vous avez de bonnes idées qui fusent, qui marchent bien, et 4 secondes avant la fin du caucus, “bon qui y va ?” et là … le blanc. Du coup soit retard de jeu, soit la personne qui monte y va par défaut … Pas très bonne idée.

Sécher :

Le thème a été annoncé, et quand vous vous retrouvez têtes à tête c’est le blanc total. Rien ne vient. Mauvais signe ! Si le coach ne vous sauve pas la mise, ça sent mauvais pour votre début d’impro.

Mes 3 clés pour réussir son caucus :

La réussite du caucus tient, selon moi à 3 éléments, deux viennent des joueurs et un du capitaine/coach selon l’inspiration du moment.

1. Savoir qui y va :

C’est l’information clé, qui doit être tranchée dans les 5 premières secondes du caucus. Pour cela, chacun-e doit avoir bien écouté le carton de thème et sentir si celui-ci l’inspire d’une façon ou d’une autre. Cela peut être le titre, la catégorie ou n’importe quel élément. Voire même on peut décider avant le carton de qui ira, en fonction de la motivation de chacun.

Quand je dis que c’est capital, c’est que ça doit être la condition sine qua non du passage aux étapes suivantes du caucus. Lancer un joueur qui ne le veut pas sur scène, c’est extrêmement risqué à mon sens. Même si la décision d’un-e joueur-se arrive un peu tardivement, c’est vital de suivre cette volonté.

Conseil d’expérience : pour signifier que vous souhaitez y aller, mettre votre poing au centre du cercle de joueur-se-s et assénez un “J’y vais !” motivé et motivant :)

Fist
Un geste qui motive l’équipe !

2. Se nourrir mutuellement :

Une fois le-a joueur-se désigné-e , c’est à son tour de proposer l’idée qu’iel a derrière la tête. Cela peut être un personnage, une action, une amorce d’histoire (ATTENTION : une amorce pas une histoire complète, juste le point de rencontre), un objectif, etc. Et c’est aux autres joueur-se-s d’abonder dans son sens en lui proposant milles et une idées supplémentaires. Attention cependant à ne pas saturer le champ conscient du joueur-se et à écouter ce qu’iel dit.

Sachant qu’au final, c’est la personne en scène qui fera le tri dans les idées qu’on lui a donné.

Et surtout, si c’est vous qui montez sur scène, n’hésitez pas, si vous sentez que vous avez été assez nourri à monter directement sans attendre la fin du caucus (en mixte pour le moment), d’une pour charrier un peu les collègues en face et de deux pour vous recentrer sur vous et votre jeu, et ainsi moins risquer de saturer votre champ conscient.

3. Le rôle du coach :

On reviendra dans un autre article sur le détail du rôle précis du coach de façon plus exhaustive, ici je vais me concentrer sur le coach en caucus. Cela s’applique aussi dans le cas où il n’y a pas de coach mais seulement un capicoach (coach-capitaine).

ImproCoach
Alors qui qui qu’y va ?

Avant le match, le coach a préparé une feuille de match (personnellement j’utilise CELLE-CI) qui lui permettra de suivre les entrées et sorties des joueur-se-s durant le match. Car en effet, dès l’annonce du caucus, en tant que coach vous allez poser IMMÉDIATEMENT cette question :

“Qui y va ?”

Si personne ne se décide immédiatement, vous allez commencer à solliciter des idées de la part des joueurs, et le-a premier-e qui a une idée (de préférence un peu construite) va être désigné-e volontaire. Pourquoi ? Parce qu’il est CAPITAL de suivre cette première intention pour construire une bonne impro.

Si ce n’est toujours pas efficace, regardez votre fiche de match et désignez le camarade qui va rentrer en fonction des dernières impros. C’est la dernière extrémité, maximum 10 secondes après le coup de sifflet, ça peut marcher mais l’idéal n’est pas d’en arriver là.

Ensuite, le mieux c’est entre deux impros d’avoir pu dire “Bon Machin, t’es pas rentré depuis 5 impros, la prochaine est pour toi !” comme ça, moins de surprises.

Enfin, votre rôle sera aussi lorsque le groupe n’a pas compris ou n’a pas les codes attendus par l’arbitre d’être capable de les ressortir en moins de 4 secondes. Sacré défi 😉 (imaginez devoir expliquer le Théâtre No ainsi, c’est du vécu) Pour cela c’est mieux de choisir un-e coach un peu plus expérimenté que les joueurs afin qu’iel sache réagir dans ce cas de figure.

Le cas des comparées :

Le caucus d’une comparée est sensiblement différent. Il s’exécute dans la même idée, cependant vous pouvez vous permettre d’écrire un peu l’impro, de vous donner des contraintes ou des catégories que vous affectionnez. C’est l’occasion aussi de montrer ce que vous savez faire et de jouer dans votre zone de confort pour vous montrer sous le meilleur jour possible.

L’idéal dans ce cas est de trouver rapidement le type ou la catégorie d’impro que vous voulez faire. Le mieux est même d’avoir pensé à ça avant le match, typiquement “tiens je ferais bien une chantée en comparée !”, ou d’avoir des exercices répétés en atelier qui sont applicables en matchs. Attention, on voit souvent des “machines humaines” … Évitez, c’est vite le malaise pour le public. Préférez des choses qui soit amusantes pour le public.

Ensuite libre à vous de vous éclater sur scène, vous êtes entre vous, c’est le top pour s’amuser !

Bonus : On prend ou on laisse ?

Personnellement je ne vous conseillerai jamais de prendre. A moins d’être sûrs d’avoir une idée en béton armé, renforcé par des poutrelles en acier trempé, évitez. Pour une raison toute bête : celui qui laisse a plus de chances d’avoir le point, le public se rappelle mieux de l’impro la plus récente, surtout si elle l’a fait rire. Je n’aime pas trop “jouer le point” m’enfin vos joueurs le sentiront mieux.

J’espère que ces conseils vous auront plu ! Si vous les suivez vous devriez voir vos caucus s’améliorer sensiblement, se raccourcir et devenir moins anxiogènes ! N’hésitez pas à partager cet article, à le commenter avec vos idées et à ME CONTACTER si vous voulez parler avec moi de comment améliorer vos caucus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *