Voici LE truc pour réussir une impro :


L'improvisation / jeudi, juillet 4th, 2019

On me demande souvent si il y a des “trucs” en impro, des astuces ou des techniques pour réussir. A chaque fois je réponds que c’est d’abord le travail, l’expérience et du plaisir. Pourtant en vrai, il existe un truc qu’il faut avoir compris et appliqué pour que 95% des impros se passent bien, surtout pour les impros longues.

Ce qui va sans dire va mieux en le disant :

Ce que je veux dire par là, c’est que l’astuce que je vais vous livrer, en fait vous la connaissez déjà, elle est au fond de vous.

Repensez à ce qui marche bien quand vous voyez un spectacle, lisez un livre ou toute œuvre scénarisée (pour rappel, un documentaire peut être scénarisé 🙂 le montage est déjà du storytelling).

Ce qui va faire qu’une histoire moyenne va vous captiver, qu’un univers que vous ne connaissez pas va vous saisir ou qu’une histoire simple va vous passionner, ce sont les relations entre les personnages.

Trois comédiens de ciné, une inspiration pour l'impro
Regardez comment le body language et les regards créent de suite quelque chose

Par exemple, vous connaissez tous Legolas et Gimli. Hors du scénario principal, il est plus que passionnant de suivre leur relation évoluer et changer au fil du temps et des films.

Du coup on attend chacune de leur apparitions, dans l’attente de savoir quel direction va prendre leur amitié, jusqu’au pinacle où ils vont à la mort ensemble, comme des amis. Pardon, mais soyons honnêtes, ça colle des frissons. Pourtant les aficionados savent que ces personnages ont été profondément réécrits pour les films.

L’autre : votre priorité en impro

Quand vient le moment de l’impro, qu’elle soit courte ou longue, votre priorité doit être d’établir avec l’autre quelle est votre relation. ATTENTION, ne faites pas ça dans votre caucus, vous risquez de “brutaliser” un peu l’autre.

Clarifiez cependant votre relation, c’est cela qui permettra aux enjeux de monter, au public de s’identifier à vous et pour vous d’explorer cette relation.

Je vais vous donner 3 types de relations et comment les exploiter pour booster vos impros. Ces relations sont bien entendu miscibles et vous pouvez utiliser un peu de chaque pour créer une relation unique.

Attention, il ne s’agit pas de contextes du genre “c’est sa famille” mais bien plutôt de types de relations que vous mettez en place, quelle que soit le contexte !

Une discussion, même en impro c'est à deux :)
Ne soyez pas le comédien le plus intéressant du monde, soyez celui qui s’intéresse le plus au monde

Relation de status

Je reviendrais à l’occasion dans le détail sur les status (prononcer “statusse” ou stateusse” à l’anglaise), concept hérité de Keith Johnstone. Dans l’idée, il s’agit ici d’une relation de “domination” d’un personnage sur l’autre. Au delà de leurs personnages, des situations, ou des contextes.

Vous pouvez être un patron et être “dominé” par votre salarié ou un enfant qui domine son maître, etc.

Je ne rentre pas plus dans le détail tant le sujet mérite un article entier ! Mais lisez Johnstone, Mark Jane et bien d’autres qui ont exploré les status en long en large et en travers.

Relation Affective

Les personnages autour de vous vous font quelque chose. Que vous les appréciez ou pas, définir votre lien affectif avec les autres va forcément créer du jeu. Même si vous les méprisez et ignorez, ça fonctionnera.

En caucus, avant de monter dites vous juste “comment je me sens avec l’autre” plutôt que “qui est l’autre”. Ça vous aidera à mieux visualiser votre relation. Que l’impro dure 15 secondes ou 15 minutes.

Joli chien
Soyez affectueux :3

Relation de proximité

N’oubliez pas de vous dire ensuite, une fois que les deux autres sont fixées, à quelle “distance” vous êtes de l’autre. Êtes vous un proche très tactile ? Un inconnu distant ? Ou cette lointaine connaissance qui vous touche l’épaule chaque fois qu’elle parle ?

Grâce à toutes ces micro-interactions, vous allez créer du jeu avec l’autre, qui pourra réagir en fonction, et vous pourrez réagir à ces actions. Créant ainsi un cercle vertueux !

La cerise sur le gâteau : l’évolution

C’est presque le “take home message” si vous voulez, que j’ai évoqué plus haut avec le cas de Legolas et Gimli.

Une fois que vous avez réussi à poser vos relations clairement, il est CAPITAL que vous leur proposiez une évolution qui permettra de créer des enjeux.

Le public sera aussi ravi de voir des personnages qui ne sont pas monolithiques, qui se rencontrent, évoluent et aboutissent à une belle situation finale.

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à me CONTACTER pour en parler plus en profondeur 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *