Les pièges de l’Improvisation #2 : La leçon


L'improvisation / vendredi, février 2nd, 2018

Suite de la série commencée avec LA LISTE ! Aujourd’hui un piège aussi très courant, la leçon !

Qu’est ce que c’est ?

J’appelle “leçon” toute relation “maître-élève” qui s’installe en impro. Typiquement :

“A : *commence à faire des pas de danse*

B : Voilààà c’est bien, et 1, et 2 et 3, Allez on corrige ça

A : *amplifie sa proposition”

B : C’est mieux, voilà tu seras prêt pour le concours !

A : Super ! Et là c’est mieux ? “

Ballet lesson
Typique de ce qu’on peut voir en Impro !

Réfléchissez-y, vous avez très probablement vu ce genre de scène, ou bien vous y avez participé (en tant que maître ou élève).

Mais qu’est-ce qui nous pousse à faire ça ? Pour moi, 80% du temps, cette proposition vient du maître et cela peut venir de 3 facteurs :

  • Un mauvais caucus : Lancé-e sur la patinoire avec peu ou pas d’idée, faire le “maître” est une solution de facilité, car elle permet d’accepter la proposition de l’autre tout en masquant qu’on est mal préparé et en prenant le lead.
  • Une volonté de prendre le lead : être le maître c’est être tout puissant. Cela permet d’imposer à son vis-a-vis ce qu’on veut, sans qu’il ait vraiment quelque chose à dire. Cela permet facilement de se mettre en valeur et d’écraser l’autre par un jeu d’autorité.
  • La surprise face à une proposition très forte : Corolaire au premier point, quand en face on a une forte proposition qui envoie valdinguer notre caucus (qui était donc probablement médiocre), on hésite. On ne sait pas comment réagir. Et du coup on fait le prof, histoire de rester dans l’acceptation.

Oui, mais pourquoi c’est mal ?

La relation maître-élève a plusieurs inconvénients qui peuvent être dangereux pour l’impro en cours.

D’abord cela crée une relation hiérarchique insurmontable. Le maître est maître et l’élève son subordonné, se sortir de cette relation va être compliqué, mais on va y revenir.

Rudeness
Ne soyez pas si rude !

Ensuite, c’est particulièrement rude. Surtout dans le cas ou le futur élève (qui, je le rappelle, dans 80% des cas ne s’est pas mis en situation d’être un élève ! ) fait une proposition forte et percutante, que l’autre va détruire en le réduisant à un élève (en général présenté comme incompétent). La rencontre, clé de l’impro, se fait donc très mal !

Enfin, soyons clairs, le public n’est pas dupe. Il voit bien qu’un joueur va écraser l’autre, qu’il est devenu maître parce qu’il n’avait pas d’idée. Même si le public ne l’exprime pas explicitement, il a cette sensation que quelque chose ne va pas.

Donc au final, oui, c’est mal d’instaurer dès le début de l’impro ce type de relation en lead.

En cours d’impro, venir au service avec un maître, cela peut être vraiment intéressant, mais en lead, c’est un gros NON.

Comment s’en sortir ?

Trois cas de figure. Deux internes et un externe. En gros soit vous êtes le Maître, soit l’Élève, soit en réserve.

  • Vous êtes le Maître : Ne le soyez pas. Point. Jamais. Ne vous mettez jamais dans cette position d’autorité et ne donnez jamais une leçon ou un cours. 99% du temps ça va malheureusement faire une mauvaise impro. Pour éviter cela, renforcez vos caucus et soyez ouverts. Soyez à l’écoute de la proposition de l’autre pour pouvoir mélanger vos univers et non imposer le votre.
  • Vous êtes l’Élève : Vous êtes dans une situation très délicate. Très très délicate. Vous pouvez avoir envie de briser la relation soit en la niant directement (rudesse, à éviter) soit en vous rebellant contre l’autorité (voire “tuer” symboliquement ou non le maitre, c’est risqué, honnêtement) soit lâcher votre caucus et changer d’émotion ou de status (bien dommage de devoir abandonner ses idées). La solution que j’ai trouvée est hybride et imparfaite. Je pense qu’il vaut mieux prendre le temps de caractériser son personnage et compter sur le banc pour venir vous aider. Je pense que c’est le mieux à faire mais ça se discute ! N’hésitez pas à commenter avec vos idées 🙂
  • Vous êtes en réserve/sur le banc : A mon sens, c’est vous qui avez la clé pour essayer de sauver la situation. Seul ou avec un-e camarade d’en face vous pouvez, vous devez intervenir ! Le mieux est d’évincer le prof, soit en prenant l’élève à part, ou en amenant une nouvelle situation, mais il faut briser cette relation. On peut vous siffler une rudesse, prenez la faute et faites une belle impro. ATTENTION cependant à garder ce qui a été posé par le Maître et l’Élève, quitte a faire revenir le Maître plus tard. C’est difficile mais ça peut être salvateur.
Help & support
Soyez à l’écoute pour être au support !

Au final, plus que la Liste, la Leçon est un piège redoutable qui peut faire capoter une impro. Soyez EXTRÊMEMENT vigilant à cette situation, si elle se présente il faut intervenir, vite et bien. D’autant qu’il n’y a aucune solution complètement satisfaisante, du moins pas à ma connaissance. Quelle serait la votre ?

N’oubliez pas que dans tous les cas on peut se RENCONTRER POUR EN PARLER !

Une réponse à « Les pièges de l’Improvisation #2 : La leçon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *